Glossaire

Cadrage : Organisation plastique de ce que filme la camera. Le cadrage (ou cadre) dépend de la place de la caméra, de l’objectif choisi, de l’angle de prise de vue. Le «cadreur» (ou cameraman) doit être à la fois un technicien et un artiste.

Champ : La portion d’espace filmable par la caméra. Le "cadre" se détermine à l’intérieur du champ.

Clair-obscur : Importance relative des formes obscures par rapport aux formes claires. Contraste élevé entre les hautes lumières et les ombres.

Contre-champ : Le point de vue opposé à un champ. Exemple : deux personnages A et B se parlent, face à face. On filme 1e personnage A, puis 1e personnage B. Le plan b est le contre-champ de a.

Cut : désigne la fin d’un plan (on d’une sequence) qui s’achève sans effet de laboratoire (tel que fermeture par fondu, par exemple).

Diégèse : Terme d’analyse filmique : «tout ce qui appartient a l’histoire proposée par la fiction du film". Exemple : un film d’une durée de 90 minutes raconte la vie d’un homme, soit 75 ans. La durée réelle du film est 90 min; sa durée diégétique est 75 ans. Dans le film d’Agnes Varda Cléo de 5 à 7, qui raconte deux heures de la vie d’une femme, le temps réel et le temps diégétique sont equivalents.

Flash-back : Retour en arrière dans le temps diégétique du film.

Fondu enchaîné : Procédé optique réalisé en laboratoire; une image se substitue à une autre, avec effet de surimpression. Le fondu enchaîné permet généralement un enchaînement «en douceur», par opposition au montage «cut», qui peut donner un effet de surprise. Il peut souvent créer un effet temporel.

Fondu au noir : Procédé optique réalisé en laboratoire : l’image s’obscurcit progressivement et devient noire. Un fondu au noir marque généralement la fin d’une séquence. Il existe naturellement l’effet inverse : l’ouverture en fondu.

Insert : Plan bref (souvent en gros plan) qui permet d’isoler un élément important pour la narration, en attirant l’attenion du spectateur.

Montage : Opération technique qui consiste a mettre bout à bout, dans l’ordre convenable à la narration, les différents plans (image et son) d’un film. Opération technique, le montage est aussi création artistique. La langue anglaise distingue : cutting, l’opération technique; editing, opération artistique ; montage, comme création et théorie. Orson Welles disait volontiers : «Un film s’écrit trois fois : avec le scenario, avec le tournage, avec le montage.» D’où le débat autour du montage définitif (final cut) d’un film. Objectif : Dispositif optique qui permet la prise de vue photographique. L’objectif se caractérise par son ouverture et sa focale. L’objectif proche de la vision "normale" de l’œil humain est (pour le film 35 mm) le 50 mm.

Objectif court(ou grand angle): objectif dont le champ est large, et la focale courte : le 18,5 par exemple. L’objectif court déforme la perspective (cas limite :

le "fish eye") : Ces objectifs permettent d’obtenir une grande profondeur de champ. A l’inverse, le longue focale (ou télé-objectif) est peu lumineux, et offre une profondeur de champ réduite; effet visuel : "aplatissement" de l’image (300 mm et plus).

Panoramique : mouvement horizontal, on vertical, de l’appareil de prise de vue, sur son axe, maintenu en un point fixe.

Plan : L’unité de base de la fabrication d’un film. C‘est la portion de film impressionnée entre l’ordre "moteur», et l’ordre "coupez" ; sur un film monté, 1e plan est limité par la colure qui le lie au plan précédent et au suivant. Les plans peuvent être de durée très variable (cf. plan sequence). Les plans se caractérisent par leur "valeur" (définie par la place de la caméra et le choix de l’objectif) qui détermine le cadrage. On s’accorde généralement sur les termes suivants (nous reprenons l’exemple de la scène de batailles): Plan général (ou de grand ensemble) : champ de bataille.
Plan d’ensemble : l’armée anglaise.
Plan de demi-ensemble : un bataillon anglais.
Plan moyen : un groupe de soldats en pieds.
Plan américain: des soldats (cadre dessous du genou).
Plan rapproché : des soldats (cadre à la taille).
Gros plan : 1e visage.
Très gros plan : 1e doigt sur la gachette du fusil.


Plan séquence : Plan qui décrit l’ensemble d’une action, d’un seul tenant, et souvent avec un mouvement d’appareil. Le plan séquence prend la place d’une séquence constituée de plusieurs plans. Le plan séquence a l’avantage de la souplesse, et permet 1e développement du travail du comédien.

Plongée : Angle de prise de vue, quand la camera est située au-dessus de ce qu’elle filme.

Contre-plongée : quand la caméra est situé au-dessous de ce qu’elle film.

Point de vue : Quand la caméra montre ce que voit un personnage (ou plan subjectif). En anglais : P.O.V. (point of View).

Profondeur de champ : Dans l’axe perpendiculaire au plan du film (ou à celui de l’écran lors de la projection), la partie du champ qui sera nette ou «piquée» (1e reste étant plus ou moins flou). La profondeur de champ dépend de l’objectif choisi, de l’ouverture du diaphragme, donc de l’éclairage général de la scène.

Raccord : Terme de montage, qui désigne l’enchaînement (harmonieux) de deux plans. L’art du montage est l’art du raccord, et l’art du rythme.

Raccord dans le mouvement : quand deux plans sont raccordés par leur dynamique propre, même s’ils n’ont pas d’autres liens. Ex : un coup de poing / une voiture qui démarre en trombe.

Faux raccord : quand 1e raccord n’est pas respecté (dans la topographie diégétique, le mouvement, ou l’esthétique, etc.). Le faux raccord peut être volontaire (pour créer un effet de surprise), ou involontaire (erreur au tournage)!

Séquence : Ensemble de plans constituant une unité narrative, avec, le plus souvent, une unité de lieu ou d’action (voir plan, plan-séquence).

Trame, tramage : Procédé optique qui consiste a placer sur l’objectif une gaze (ou un bas de soie, ou un filtre spécial) pour créer un «flou artistique».

Travelling : Mouvement de l’appareil de prise de vue à travers l’espace. La caméra est alors placée sur une grue, un chariot se déplaçant sur des rails, un véhicule automobile, etc. On peut avoir : travelling avant, latérale, arrière. Tous ces mouvements peuvent se combiner avec d’autres : panoramiques, effets de zoom, etc. (Attention : le mot «travelling» est du franglais. Ce mouvement se dit «tracking shot» ou «trucking shot".)

Zoom : Objectif à focale variable : des lentilles mobiles, commandées manuellement ou électriquement, permettent de passer en continuité d’une focale à une autre, c’est-a-dire d’un cadrage à un autre. L’emploi des "zooms" s’est généralisé durant les années soixante. Zooms d’emploi courant : le 12/120 en 16 mm; 1e 25/250 en 35 mm.